Analyse de la carte de l’Afrique

Lorsque l’on observe cette carte de l’Afrique, on a envie de l’appeler « carte de l’avenir de l’Afrique ». En effet, y sont représentés en abondance, les femmes et les enfants, indépendamment des hommes. C’est auprès de ces 3 générations, prises en milieu rural ou semi rural que va se jouer l’avenir de l’Afrique. Cela s’explique par trois raisons essentielles :

D’abord, la transmission des valeurs et des références sociales et culturelles, qui ne peuvent être remplacées par les valeurs scolaires (reçues à partir de l’instruction), se fait dans le rapprochement des deux générations alternées (grands-parents, petits-enfants), réunies avec l’aide ou la mise en application de celles-ci par la génération des parents. Ces deux générations sont représentées sur la carte par l’image des deux enfants au centre et celles de ceux qui ramassent des espèces de noix, ainsi que par les femmes  qui sont regroupées sous l’arbre.

L’instruction qui est ensuite apportée au travers des structures et institutions modernes doit avoir pour socle, les valeurs sociales et culturelles africaines, adaptées à chaque situation sociale, historique et géographique. Ce qui permet de parler, d’homme et femmes comme de valeurs culturelles, produit de la rencontre des cultures mais, et surtout du travail de la génération des grands-parents dont l’objectif principal est de transmettre la culture qui les a façonné à leurs petits-enfants.

 

Ensuite, en milieu rural essentiellement parce que c’est là que se trouve la majorité de la population africaine, les femmes jouent un rôle de premier plan dans l’animation de la vie sociale (familiale, communautaire etc.) car elles sont souvent aux premières loges des difficultés que connaissent les personnes avec et au milieu desquelles elles évoluent et vivent. Elles sont les yeux, les oreilles et le tremplin dont se servent les hommes et les enfants pour se projeter dans la vie, sous toutes ses formes. Elles sont le support dont ils ont besoin, quel que soit leur âge. Sur cette carte de l’Afrique, on voit des femmes portant des tee-shirts de couleur jaune, donnant l’impression d’être regroupés au sein d’une association ou d’une ONG dont l’objectif se trouve en lien avec l’eau potable que leur procure cette hydraulique villageoise qui apparait sur la deuxième image après celle des femmes en jaune.

 

Enfin, les jeunes, à travers l’échantillon qu’ils représentent sur cette carte sont l’incarnation de cet avenir qui ne peut se construire uniquement en ville, par le mimétisme qui se fait des valeurs non africaines. Sur les deux principales images qui les présentent, ils partagent le sourire, certainement le bonheur de ce qu’ils voient et font.

 

Richesse de l’Afrique : De ces trois préalables, il importe de retenir que la richesse de l’Afrique est constituée par ses hommes, femmes et enfants ; par sa population. Cette richesse est si grande, source d’espoir qu’elle se caractérise par son génie créateur, celui qui permet aux hommes et femmes représentés sur cette carte de s’en sortir avec très peu de moyens mais et surtout de garder le sourire et la dignité humaine. En effet, nombreux sont les experts qui reconnaissent qu’il y a une grave inadéquation entre les richesses du sol et du sous-sol africain (dans la majeure partie de son espace continental) et le niveau de pauvreté dans lequel vit sa population. Pourtant, sur cette carte, on peut voir un spécialiste qui travaille dans un laboratoire, un autre qui tente de mettre en route un groupe électrogène et l’autre qui pose devant un « panneau » indiquant une ONG. Ce sont des tentatives d’organisation de ces personnes qui, avec peu apportent des solutions aux problèmes quotidiens auxquels ils sont confrontés. La richesse de l’Afrique est constituée par ses enfants parce qu’ils vivent en dehors de la richesse naturelle dont dispose leur terre ancestrale, richesse mise à la disposition d’Autrui à leur détriment. Ils développent alors ce que l’on a pris l’habitude d’appeler système « D » comme débrouillardise. Il s’agit de créer des conditions de vie relativement simples avec ce que leur donne le milieu, en le soumettant  à leur génie créateur. Travailler dans un laboratoire qui ne répond pas aux normes sanitaires internationales appliquées dans les universités ou les centres de recherche dans lesquels certains africains ont été formés, réparer indéfiniment des engins usagers et, normalement, hors d’usage pour essayer de tirer le maximum de profit jusqu’ à épuisement complet, c’est-a-dire, au niveau où le plus ingénieux des techniciens ne pourrait plus rien apporter, relève de l’exploit et du génie.

La richesse de l’Afrique c’est également l’entêtement de ses enfants devant des situations qui semblent irréalistes, insolites ou difficiles à traiter. Ils ont foi en leur capacité humaine de répondre à leur besoin, de créer des conditions de survie que, malgré la paupérisation qui touche la majorité de ses couches sociales, ils continuent de donner la vie par la naissance toujours croissante des enfants, par le développement des médecines naturelles, par le prolongement des mécanismes de solidarité et d’intégration sociale, par la production de certaines valeurs sociales que l’on ne retrouve pas nécessairement dans les grands centres urbains, par le don de la vie, signe d’espérance et, surtout du dépassement de soi pour transcender le quotidien. C’est pour cette raison qu’il est judicieux de ne pas parler d’une Afrique, non pas du point de vue géographique ou culturelle mais de ce que les centres urbains se transforment peu à peu en périphérie de la périphérie, c’est-à-dire des milieux ruraux qui produisent encore et toujours la vie dans sa dimension sociale et culturelle, celle qui met l’Homme au centre de toutes les attentions.

 

Ce travail de production de la vie, nous avons dit qu’il est, dans sa majeure partie, dévolue à la femme. Qu’elle soit sous l’arbre, en association, au centre de santé, dans la cours du village, la femme est, par les différentes positions qu’elle occupe, responsable de la vie du groupe auquel elle appartient. Pour prendre soin de cette vie, elle prête à s’oublier, à se sacrifier socialement, pourvue que ces différents geste lui permettent de protéger la vie des siens. Dans le milieu que nous suggère cette carte, rural en l’occurrence, la femme est  réellement le pilier de la vie, elle est au cœur l’activité sociale, économique, politique et religieuse. Cette position centrale peut parfois être perçue de l’extérieur par le premier observateur mais elle est généralement assurée discrètement, sans que cela ne nécessite toute la mise en scène politique qui est souvent déployée, en certaines circonstances, en faveur des hommes. Le travail de la femme africaine revêt plusieurs dimensions, difficilement décryptables à ceux qui veulent lui appliquer une grille d’analyse capitaliste. Ce travail, elle l’accomplit à travers plusieurs champs d’activités, assumant différents statuts sociaux.  Ici, elle est mère répondant au besoin de santé de son nouveau-né ; là, elle est grand-mère, derrière laquelle peuvent se protéger les petits-enfants ; là-bas, membre d’un regroupement ou d’une association villageoise chargée de traiter ensemble des problèmes de la communauté.

De ces exemples qui donnés sur cette carte, on peut envisager que la femme est celle qui s’adapte le mieux aux situations qui lui sont imposées par ce monde en mutation. Elle se retrouve de plus en plus mère célibataire ou veuve, obligée de jouer le rôle de père et de mère simultanément, sans parfois bénéficier d’un revenu stable ni conséquent. C’est généralement lors de ces situations assez difficiles mais qui ne sont plus extraordinaire pour nombre d’entre elles, que les femmes déploient leurs capacités à entretenir et préserver la vie, quelles que soient les difficultés que leur oppose leur propre vie, quand elles ne la donnent pas biologiquement.

 

Aussi, les enfants deviennent une raison de vivre pour celles qui, en leur absence, perdraient tout goût à la vie. Les enfants sont à la fois un espoir de vie et une occasion de cette même vie. Dans des difficultés que l’on attribue au continent africain dans son ensemble, malgré les particularités de ses composantes géographique, historique et culturelles, les femmes continuent de donner la vie, de la désirer. Les enfants sont un prolongement des parents, un miroir dans lequel ils peuvent se mirer et se voir quelques années plus tard, alors que cet enfant sera devenu adulte. Les enfants, c’est la foi en un avenir meilleur pour les parents et pour la société à laquelle ils appartiennent. Les enfants constituent un investissement pour l’avenir à travers la qualité de l’éducation et de l’instruction qui leur sont prodiguées, non pas parce qu’ils apporteront un retour sur investissement à leurs parents, en terme matériel mais en terme de prise de relais, prolongement du clan, du lignage et de la famille car, potentiels gardiens des valeurs et références culturelles. Ceux qui suivent les actualités de certains pays africains en rapport avec les sacrifices humains pratiqués sur les enfants pourront penser qu’il s’agit ici d’une vision idyllique, l’en n’est rien car ces actes sont des exceptions qui confirment l’idée que l’on porte sur l’enfant africain, celui sur qui va reposer la société de demain et a qui il faut apporter toute l’attention nécessaire. Il est l’énergie de demain dont aura besoin l’Afrique.

 

En un mot cette carte de l’Afrique donne une idée de ce qu’est réellement l’Afrique et indique le lieu où il faut aller chercher les solutions à ses problèmes. Elle indique également les principaux acteurs sur lesquels il faut compter : les femmes et les enfants. Les femmes sont le pilier de la société du point de vue social, économique, politique et symbolique. Elles assument ces différents statuts de manière latente u clairement exprimé, selon le système social qui le sien.

Les enfants sont le prolongement de la vie des parents, l’investissement qui assure l’avenir de demain du point de vue de la famille mais également des valeurs et références culturelles. C’est cette imbrication des valeurs et des contemporanéités caractéristiques de l’Afrique qui fait que seuls les Hommes de ce continent constituent sa principale richesse.

 

Claudine Angoue - Gabon

e-mail : c.angoue@yahoo.fr

 



16/06/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 557 autres membres